Accueil du site > Découvrir Romillé > Le monument aux morts de (...)

Le monument aux morts de Romillé

Contenu de la page : Le monument aux morts de Romillé

122 noms figurent sur le monument aux morts de Romillé. Parmi ces familles endeuillées, il en est une qui paie un très lourd tribut, puisque 3 des siens seront tués au cours de la Première Guerre Mondiale. 3 frères tués à quelques mois d’intervalle, Joseph le 22 août 1914, Jean-Marie, le 16 juin 1915, et Léon, le 28 août 1915.

Voici, sur quelques lignes, la guerre de Léon Fontaine.

Léon est mobilisé début août 1914, et part aussitôt vers l’Est, au sein du 130è RI. Il effectue son baptème du feu le 10/08, à Mangiennes, près de la frontière belge. L’époque est à la guerre de mouvement, et le régiment entre en Belgique le 21/08. Le 22/08 à 04h du matin, le régiment est à l’avant garde de la bataille de Virton. Il recule vers minuit, après avoir perdu 1.450 hommes sur les 3.500 de l’effectif. Il s’en suit une semaine de retraite.

le 04/09, Le régiment se reconstitue, et Léon panse ses plaies à Gennevilliers, en banlieue parisienne. Le repos est de courte durée, puisque le 06/09, le régiment est engagé dans la bataille de la Marne. Suite au succès, le régiment remonte vers le Nord, et reprend 150km aux Allemands.

Le 04/11, ordre est donnée de prendre le village d’Andechy, dans la Somme, situé à 900m de la position. L’assaut est un échec. La journée coûte au 130è 668 tués, blessés ou disparus. Les escarmouches et les combats se poursuivent pendant 2 semaines, sans résultat probant.

L’ensemble de l’armée est stoppée, et s’enterre dans les tranchées. C’est la fin de la guerre de mouvement.

Le 28/11, Léon est au repos à Chalons. Depuis le début de la campagne, son régiment a perdu, en tués, blessés et disparus, 4 373 hommes dont 84 officiers.

Le 03/02, Léon est versé au 54è RI. Il stationne dans une tranchée à Rupt en Woëvre, au sud de Verdun. Il participe à l’offensive des Eparges, en creusant des mines, sorte de tunnels, dont l’arrivée débouche sous les fortifications allemandes, et que l’on fait sauter pour créer des entonnoirs. L’attaque rencontre un certain succès, puisque quelques centaines de mètres sont gagnés, au prix, comme toujours, de pertes très lourdes.

Le 08/03, Léon rejoint le 103è RI, qui se reconstitue à St Hilaire le Grand, après avoir été décimé. La pénurie de soldats se fait déjà sentir, puisqu’il fait partie des rares vétérans, au milieu de 250 nouvelles recrues, essentiellement des réformés de 1914.

Écoutons à présent le chef de corps : Une série d’opérations doit avoir lieu afin de pousser nos lignes à proximité des lignes ennemies sans aucune préparation à ce genre de travail. Le 3è bataillon est chargé de créer une série de parallèles à la droite du secteur. [...] Jusqu’au 30/08, les travaux sont poussés activement chaque nuit, malgré les bombardements qui deviennent de jour en jour plus violents et meurtriers. La ligne est à 250-400 mètres de la 1re ligne ennemie.

De Léon, tué le 29/08, il dira "Très bon soldat. A été tué par un obus dans une tranchée où il travaillait courageusement en dépit du bombardement".

En 2016, en hommage aux frères Fontaine, une allée piétonne sera créée au sud du cimetière.